En juin 2015, la loi de transition énergétique est en débat au parlement pour la 2° fois, Les collectivités territoriales se sont fortement mobilisées et espèrent aujourd’hui que cette Loi de transition énergétique va permettre de poursuivre l’action entreprise.

En partenariat avec la Fondation Abbé Pierre,  le FAPIL et Info Energie, les associations SOLIHA (anciennement PACT et H&D) interpellent les pouvoirs publics sur la nécessité d’intensifier la lutte contre la précarité énergétique sous la forme d’un colloque.

Méthode de travail

Organisation d’un colloque régional « Lutter contre la précarité énergétique, quels leviers d’actions pour les collectivités territoriales après la loi de transition énergétique ».

  • Témoignages des associations SOLIHA Auvergne et Rhône-Alpes des actions de lutte contre la précarité sur les territoires
  • Présentation du bilan des résultats de l’étude Habiter Mieux menée par l’ADIL 26
  • Interventions du Président du Plan Bâtiment Durable, du directeur adjoint de l’Anah et du responsable de programmes de la Fondation Abbé Pierre
  • Intervention de la vice présidente à la Région Rhône-alpes
  • Intervention de la vice-présidente chargée de l’habitat de Grenoble Alpes Métropole

Résultats

  • Le colloque régional valorisant les actions de lutte contre la précarité énergétique menées par les associations a réuni 150 invités parmi lesquels des élus du Grand Lyon, collectivités locales, partenaires associatifs.

 

photo_action1_PF-colloque2

 

Témoignage

« Les moyens publics doivent aller en priorité aux plus pauvres. La question de la précarité énergétique me parait entrer pour de vrai dans le dispositif législatif. On se fixe 500 000    rénovations par an à partir de 2017. La moitié doit être réalisée aux bénéfices de ménages à faibles ressources,principalement sur le parc privé. La transition n’a de sens que si toute la société est embarquée dans le mouvement. Il y a une hiérarchie des priorités et la priorité absolue doit aller aux gens qui ont froid chez eux et n’arrivent pas à payer le coût du chauffage »

Philippe Pelletier
Président du Plan Bâtiment Durable

 

« Le coût de l’inaction est supérieur aux investissements nécessaires. Au même plan que l’indépendance énergétique de la France, il y a maintenant la lutte contre le précarité énergétique, la préservation de la santé et un droit d’accès de tous à l’énergie. Reste maintenant la question des moyens. Des progrès importants ont été faits mais le compte n’y est pas. » 

Bertrand Lapostolet
Responsable de programme Fondation Abbé Pierre